Le voyant rouge encastré dans une sorte de vieux transistor ci-dessous est HAL 9000, du nom de l’ordinateur doté d’une intelligence artificielle en charge du vaisseau spatial Discovery One dans le film « 2001, l’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick (1968).

A l’époque, en pleine Guerre froide, Kubrick comprend que la technologie livrée à elle-même représente une menace pour l’humanité. Sur le plan moral, Kubrick perçoit le risque de voir la technologie se mettre entre les hommes et les valeurs, à l’instar de l’Etat totalitaire qui se met précisément entre les hommes et les valeurs, annihilant au passage toute forme de résistance et de libre-arbitre (cf. Tzvetan Todorov dans Face à l’extrême au Seuil). Et sur le plan de la démocratie, Kubrick laisse entendre  que cette dernière n’a de sens que dans la mesure où les individus – les citoyens – restent les auteurs et  les acteurs de la société dans laquelle ils veulent vivre, indépendamment de la technologie, des médias ou de la finance.