Le 11 mars 2015, 48 étudiants de l’Université de Liège, issus de la faculté de droit et science politique, de la faculté de philosophie et lettres et de l’institut des sciences humaines et sociales, quittèrent la cité ardente pour rejoindre la capitale de la République fédérale d’Allemagne, Berlin. Organisé par le centre Démocratie, en collaboration avec l’asbl « Les territoires de la Mémoire », ce voyage a reçu le soutien de l’ULg de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du ministère des affaires étrangères.

D’une durée de cinq jours, l’expérience proposée aux étudiants s’articulait autour de quatre axes.

Axe 1 – L’extrémisme en Allemagne : perspective historique et politique : Il s’agit d’interroger les processus historiques et politiques ayant entraîné l’émergence des mouvements extrémistes en Allemagne ainsi que leur résurgence actuelle. Sont ainsi concernés : le régime nazi, l’Allemagne de l’Est communiste et le néonazisme. Les grilles d’analyse présentées au cours de « Populisme et extrême droite en Europe et aux États-Unis » permettent aux étudiants de cerner au mieux les phénomènes extrémistes.

 

Axe 2 – Les mouvements radicaux en Allemagne : Il s’agit d’analyser l’émergence et la résurgence des différents mouvements radicaux en Allemagne.

 

Axe 3 – La concurrence mémorielle à Berlin : La capitale allemande renferme de nombreux lieux de mémoire (comme des musées, des monuments, des mémoriaux, etc.). Ces lieux garantissent la manifestation et la pérennité de multiples mémoires (mémoire des victimes de la Shoah, mémoire des victimes du nazisme, mémoire des victimes du communisme, etc.).

Axe 4 – Les institutions politiques contemporaines : Le voyage didactique permet de comprendre les dynamiques institutionnelles au sein de l’État fédéral allemand. Les articulations entre les différents niveaux de pouvoir suite à la réunification sont ainsi mises en avant.

Voir l’article consacré au voyage, sur le site de l’Université de Liège.

Lien vers la galerie photo complète.